La prostitution, une activité litigieuse du point de législative

Il existe des sujets que la loi n’encadre que partiellement. Et parmi eux, nous avons la prostitution. La prostitution est sans aucun doute l’un des métiers les plus controversés de tous les temps. D’abord à cause de son caractère qui s’émancipe dans l’intimité même des gens. Mais aussi de par son apport économique considérable.

La loi et la prostitution en France

La prostitution est un sujet sensible que bon nombre de législation préfère effleurer plutôt que l’attaquer directement. Au même titre que l’alcool, la prostitution sous ses diverses formes engendre plus de revenus que bon nombre d’activité professionnelle. Dans ce cas, la loi ne l’interdit pas, mais essaye de le réguler, le légaliser. D’une manière générale, la loi interdit le fait d’avoir recours au service d’une personne qui se prostitue. Portant, d’après le droit fiscal, les revenus provenant de la prostitution sont imposables au même titre que tout autre revenu. Mais c’est encore plus complexe du point de vue du droit à la sécurité sociale. Toute personne prostituée est sujette aux cotisations d’allocations familiales. Tout ceci indique que d’une manière, la législation reconnaît la prostitution en tant qu’activité professionnelle bien qu’elle ne soit considérée comme telle de manière officielle. En somme, une situation compliquée qui vacille entre interdiction et légalisation.

Le principal problème de la prostitution

La prostitution est un sujet vieux comme le monde, et elle a toujours été présente, et ce toutes les époques. Et à travers le monde, elle a été impliquée dans bon nombre de développement social, ou encore économique. En France, le principal problème avec la prostitution n’est pas le sujet en soi, mais les activités liées à elle. Car dès que l’on parle du sujet, on se réfère immédiatement au proxénétisme et au racolage. Ces sujets sont étroitement liés et si la prostitution en tant que telle est tolérée à certaines conditions, les deux autres activités sont formellement interdites par la loi. Pourtant dès qu’il y a prostitution, il y a obligatoirement proxénétisme ou racolage.

Des lois inadaptées pour un sujet épineux

Dans l’ombre, toutes les classes sociales ont recours au service de la prostitution, c’est uniquement dans la forme que les activités divergent. Par conséquent, il y aura toujours une demande qui engendrera obligatoirement l’offre. La loi française interdit le recours au service d’une personne prostituée, mais les textes punissent plus les prostituées que les clients. Cette situation est due en grande partie par diverses lois qui protègent la vie privée.

  • À moins d’être pris en flagrant délit, un client est protégé par son droit à la vie privée qui inclut son intimité ;
  • Malgré les maltraitances et les possibilités de proxénétisme et de racolage, une personne qui se prostitue ne les dénoncera jamais et elle est aussi protégée par la loi qui encadre la vie privée.