Comment fonctionne l’assurance loyer impayé ?

Souscrire une assurance loyer impayé est devenu très tendance pour les investisseurs locatifs. Avec la situation économique d’aujourd’hui, il n’est pas rare que les propriétaires fassent face à des impayés. Pour se prémunir de ce problème, il y a l’assurance GLI. Avec cette assurance les propriétaires ne sont pas obligés de subir un manque de revenus ou encore à réparer seuls le logement s’il y a dégradation.

Assurance loyer impayé : Kézako ?

C’est une garantie qui vise à protéger le propriétaire contre les loyers impayés. Elle n’est pas obligatoire, mais certains propriétaires la souscrivent pour protéger leur maison en location et pour se prémunir des éventuels problèmes de paiements. La GLI peut également être activée en cas de dégradations des matériels dans le logement. L’objet de l’assurance peut être une maison, ou un appartement.

  • Elle couvre les frais de recours lorsque le propriétaire saisit la justice en prenant en charge les contentieux et la procédure. L’assurance GLI n’est pas à la charge du locataire. Elle est un contrat passé entre le bailleur et l’assureur. Elle relate les différentes garanties prises en charge en cas de sinistre, le montant de la cotisation à payer ainsi que la durée de la couverture. Cette assurance est déductible des revenus fonciers au moment de la déclaration d’impôt.
  • En plus de la couverture principale, le bailleur a également la possibilité d’ajouter d’autres garanties facultatives. Cette assurance sert comme étant une caution pour le propriétaire en cas de manquement de son locataire. Parmi les garanties, il y a la prise en charge du recouvrement des loyers impayés et la remise en état en cas de détérioration.
A lire également  L’application litigieuse des règles qui encadre les arrêts maladie en plein congé annuel

Assurance loyer impayé : Pour qui ?

Cette assurance est différente des autres types d’assurance, car le souscripteur est libre de déterminer ses conditions de souscription en ce qui concerne l’assurance loyer impayé. Cependant pour pouvoir prendre cette garantie, le bailleur doit attester de la solvabilité de son locataire. Le logement doit également servir de résidence principale pour ce dernier. L’assureur est libre d’imposer le seuil minimum qu’il réclame pour chaque locataire. Mais en général, il exige un taux d’effort de 33 %, en d’autres termes, le loyer ne doit pas dépasser un tiers des revenus de ce dernier.

Avant de signer le contrat de location, le propriétaire doit vérifier la solvabilité de son locataire. Il est alors important de choisir un candidat avec une bonne capacité financière. Vous ne devez alors prendre que des locataires avec des revenus stables et réguliers. Cela fait partie des exigences des compagnies d’assurance.

Un locataire qui prend un locataire en CDD, indépendant ou intérimaire peut valoir un refus de la part de votre assureur. Si le locataire possède un CDD de plus de 8 mois ou un entrepreneur avec plus de deux ans d’expérience à son actif, l’assureur peut également l’accepter.

Assurance loyer impayé : Comment la souscrire ?

Une assurance loyer impayé est destinée à une personne qui travaille dans le domaine de l’investissement locatif. Dans la majorité des cas, les biens concernés servent d’habitation. Les biens loués d’une façon occasionnelle, les résidences secondaires ainsi que les locaux commerciaux ou les bâtiments avec un état en péril.

Le montant du loyer garanti est également limité. Les compagnies d’assurance acceptent les loyers entre 2000 à 2300 euros. Les dossiers qui excèdent les 3500 € sont rarement acceptés par les assureurs. Parmi les conditions exigées, le propriétaire doit mettre aux normes le logement. Si vous souhaitez souscrire cette assurance, vous n’avez pas le droit de demander une caution. D’ailleurs, le propriétaire permet à l’assureur d’intégrer la clause résolutoire. Il offre à l’assureur la possibilité de rompre le contrat si le locataire manque à ses obligations.

A lire également  La responsabilité de l’employeur dans un accident de travail