Ce qu’il faut savoir sur le projet de loi d’orientation des mobilités

Le projet de loi d’orientation des mobilités ou LOM a été présenté en novembre 2018 devant le Conseil des ministres. Elle comporte de nombreuses dispositions qui visent à améliorer les déplacements des citoyens sur le territoire. C’est une loi qui doit être votée cette année. Découvrez les mesures qui apporteront des changements sur notre manière de se déplacer.

La mise en place de nouvelles solutions de mobilité

Les collectivités locales auront de nouvelles tâches très prochainement. Si la loi d’orientation des mobilités est acceptée, de nouvelles solutions efficaces de mobilités seront mises en place. Les communes peuvent créer des services de covoiturage ou d’auto-partage des véhicules. Et à l’ère de la nouvelle technologie, des applications sur les meilleurs itinéraires de trajet seront à la disposition des usagers. Toutefois, ces offres ne seront effectives que courant 2021.

La création des transports en libre-service

La nouvelle loi d’orientation des mobilités apportera également des solutions efficaces sur le transport en libre-service, il serait possible pour les usagers de circuler avec des vélos, des scooters ou encore des trottinettes. Ils seront disponibles en location avec les opérateurs agréés. Toutefois, les critères de la sélection devront respecter certaines normes de sécurité pour protéger les usagers et les piétons. Dans tous les cas, la nouvelle disposition vise à encadrer et à accompagner l’émergence de ces nouvelles solutions.

Un accompagnement individualisé pour les plus vulnérables

Les chômeurs, les seniors, les jeunes en difficulté bénéficieront des aides et des subventions grâce à cette loi. Il s’agit de mettre en place des services de mobilité pour accueillir les demandeurs d’emploi et les citoyens vulnérables. Les collectivités locales vont prendre en charge ces personnes pour leur donner une nouvelle chance dans la vie.

Les mobilités durables pour moins de gaspillage

La loi prévoit de verser aux salariés un forfait « mobilité durable » d’une valeur de 400 euros. L’objectif étant d’inciter les citoyens à utiliser des moyens de transport moins polluants et économiques. Il s’agit du covoiturage, des vélos, des voitures électriques ou encore les transports en commun pour se rendre au travail. Entre autres, les collectivités peuvent mettre en place des routes réservées pour ces nouveaux modes de transports sur les autoroutes.

Dans tous les cas, la loi d’orientation sur des mobilités encadre les engins de mobilité personnelle et économique. La création des nouvelles pistes cyclables est prévue dans cette nouvelle loi avec un budget d’environ 350 millions d’euros pour les collectivités. En ce qui concerne les voitures électriques, l’équipement de bornes de recharge dans les parkings de plus de 10 places est obligatoire d’ici 2025.

Les voitures les plus polluantes seront interdites de circulation dans certaines zones de chaque région ou seulement à des heures définies par la collectivité. La loi prévoit également une réforme sur le coût du permis de conduire qui sera accessible à tous les nouveaux usagers.