Féminicide : que dit la loi française ?

Le terme « féminicide » est au cœur des débats actuellement. Mais il n’en demeure pas moins qu’il n’est toujours pas accepté par le droit français. Qu’est-ce que c’est ? Pourquoi est-ce sujet à controverse ? Le point sur ce sujet d’actualité.

Définition du terme

Le mot « féminicide » est de la même catégorie que le « gynécide » ou « gynocide ». C’est un crime avec circonstance aggravante normalement. Il s’agit d’un meurtre d’une ou de plusieurs personnes de la gent féminine dont la seule ou l’une des raisons est son sexe.

Plusieurs organisations internationales et pays dans le monde reconnaissent et acceptent le terme de « féminicide » dans leur loi. Même le Conseil de l’Europe met en avant l’importance et le caractère aggravant des violences envers les femmes dans la « convention sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique ». Mais nulle part, il n’est mentionné le terme « féminicide » pour autant.

La société bouge

En France toutefois, le nombre de féminicide enregistré par an ne cesse d’augmenter. Le cas de femmes abattues par leur partenaire misogyne ou encore par discrimination ne manque pas dans les faits divers. Récemment, on entend encore parler d’une femme abattue par son mari qui s’est ensuite suicidé. Vu le contexte, la société commence à tirer la sonnette d’alarme. Les familles des victimes ont parlé d’une possible inscription du terme « féminicide » dans le Code pénal français. Sur Franceinfo, elles demandent bien plus qu’une simple reconnaissance du mot. Le « féminicide » devra être considéré comme « un crime machiste et systémique ».

Le combat dure depuis des années. Le terme est apparu en 2014 dans la société française. Le droit et les sciences humaines le définissaient dès lors de « homicide d’une femme, d’une jeune fille ou d’une enfant en raison de son sexe ». Et si dans l’article 221-4 du Code pénal, la France dispose déjà de peine spécifique pour ce genre d’acte criminel, elle peine tout de même à intégrer le mot « féminicide ».

Le terme Féminicide n’est pas une nouveauté en Europe

Si aux États unis et dans les autres pays du monde, le terme « féminicide » est d’ores et déjà approuvé, l’Europe tarde à accepter la chose. Pourtant, ce n’est pas une nouveauté dans le continent, L’Italie a été l’un des précurseurs en la matière. Il semble que ce pays ait été l’un des seuls à respecter les recommandations de l’ONU et de la commission des droits des femmes. À quand le tour de la France ? Avant lui, il a eu l’Espagne en 2004. Dans ces pays, on note que le crime pour discrimination envers les femmes était frappé de circonstance aggravante.